IV. La conscience sociale dans la pratique

Conscience sociale et empathie
Source: pixabay.com

Utiliser les sens pour donner du sens

Avez-vous déjà eu, intuitivement, l’impression d’être dans une situation dangereuse ? Ou bien êtes-vous allé dans un nouvel endroit et vous êtes immédiatement senti chez vous ? Comme si c’était votre genre d’endroit ? Comment cela se produit-il ? Il y a de fortes probabilités que vous soyez en train de traiter inconsciemment des informations que vous avez recueillies par vos sens pour construire une image intuitive. Vous utilisez inconsciemment votre conscience sociale. Comment la conscience sociale s’inscrit-elle dans cadre du modèle de l’intelligence émotionnelle ?

Prenons un peu de recul. La conscience de soi consiste à comprendre ses propres émotions et son propre caractère, ce qui est essentiel si vous voulez améliorer votre intelligence émotionnelle. Mais il est tout aussi essentiel de développer votre conscience sociale, c’est-à-dire votre capacité à comprendre les autres et à répondre à leurs besoins. Il s’agit d’être attentif à ce qui se passe autour de vous et de comprendre les sentiments des autres. Il est important de développer votre conscience sociale. C’est là que vous vous concentrez sur la manière dont vous gérez vos émotions et que vous appliquez ce que vous avez appris au monde qui vous entoure pour créer des relations de collaboration et de réussite.

Il s’agit d’un processus logique, étape par étape. La première consiste à réfléchir à votre propre conscience, en vous concentrant sur votre propre vie. Ce qui implique de regarder vers l’intérieur et réfléchir à ce qui se passe dans votre tête. Une fois que vous avez commencé à maîtriser le développement de ce point, la deuxième étape consiste à développer votre conscience sociale. Il s’agit de passer d’une réflexion interne à une observation extérieure. Réfléchir à la manière dont vous interagissez avec les autres. Il existe des techniques simples que vous pouvez adopter et des compétences que vous pouvez affiner avec la pratique qui vous aideront à développer votre conscience sociale. La première mesure à prendre est de faire appel à vos sens. Et en particulier, utilisez vos sens pour en connaître davantage sur le monde et les gens qui vous entourent.

Cela semble sans doute être une suggestion très simple, peut-être même trop évidente. Mais vous seriez surpris du peu d’attention que nous portons à nos sens et de ce qu’ils nous révèlent sur les scénarios sociaux. Surtout dans les moments de pression, ou si nous sommes occupés ou stressés. Pensez au fait que vous utilisez vos sens dans les situations? Avez-vous remarqué des détails sur les événements qui se déroulent autour de vous et d’autres personnes ? Bien sûr, certains d’entre nous sont naturellement plus attentifs aux détails que d’autres.

Mais cela ne change pas grand-chose ici. Vous utilisez systématiquement vos sens toute la journée, tous les jours. La question est de savoir à quelle quantité d’informations vous faites attention. Au début, il est utile d’utiliser vos sens pour observer ce qui se passe autour de vous. Que voyez-vous, sentez-vous, entendez-vous ? À ce stade, vous recueillez des informations. Vous apprenez à faire attention aux détails de votre environnement, que ce soit en remarquant les expressions du visage et le langage corporel ou en entendant des tons spécifiques dans la voix des gens. Une fois que vous serez compétent, vous pourrez commencer à rassembler les informations pour vous faire une idée de ce que pensent les gens et de la dynamique entre les gens. Souvent, lorsque nous qualifions les gens d’intuitifs, c’est le processus que nous décrivons. Une bonne partie de cette technique consiste à prendre note.

Bien que les informations soient souvent là devant nous, nous jonglons avec tant de demandes, de priorités, d’émotions, de pensées, de sentiments. Il faut souvent un peu de pratique pour sortir de soi-même et de ses propres pensées et s’immerger dans son environnement. Comment vous servez-vous de vos sens dans les situations de la vie sociale ? Etes-vous doué pour détecter les indices sociaux et ce qui se passe autour de vous ? Les gens vous décriraient-ils comme étant intuitif ? Prenez le temps de découvrir à votre conscience sociale et réfléchissez à la manière dont vous pouvez l’accroître.

Conscience sociale et empathie

Avez-vous la faculté de vous mettre à la place d’une autre personne et de comprendre ce qu’elle pense ou ressent ? La capacité d’empathie avec les autres est un indicateur clé de l’intelligence émotionnelle. L’empathie vous permet de bien comprendre l’autre personne et vous aide à nouer des relations solides et de meilleurs liens. C’est une compétence que vous pouvez apprendre à développer.

En fin de compte, l’empathie est la capacité de ressentir les émotions d’autrui tout en étant capable d’imaginer ce que quelqu’un d’autre peut penser ou ressentir. En faisant preuve d’empathie, vous essayez d’imaginer ce qu’une personne doit ressentir dans une situation donnée. En fait, vous vous mettez à sa place et vous observez la situation de son point de vue. Vous ne devez pas forcément être capable de vous identifier exactement à l’autre personne. Il n’est pas nécessaire d’avoir vécu exactement la même expérience pour imaginer ce que la situation peut être pour elle. Il suffit de prendre ce que vous savez sur cette personne et sur sa situation et d’imaginer comment elle se sentirait, réagirait, se comporterait et penserait à la situation.

Bien sûr, vous ne devez pas nécessairement supposer que vous savez exactement ce qu’est une situation pour quelqu’un d’autre, car cela peut en fait être contre-productif. Si vos suppositions sont erronées, vous risquez de vous aliéner l’autre personne. Il est essentiel de se rappeler que lorsque vous compatissez, vous ne cherchez pas la bonne réponse, car seule l’autre personne sait exactement comment elle pense et comment elle se sent.

Pour faire preuve d’empathie, la première chose à faire est de poser des questions à cette personne pour en savoir plus sur ce qu’elle vit et sur ce qu’elle ressent par rapport à la situation. Si vous n’avez pas la possibilité de poser des questions, vous pouvez également prendre du recul et imaginer les possibilités de la façon dont une personne peut penser et se sentir. Mais n’oubliez pas que c’est votre point de vue et qu’en fin de compte, c’est l’autre personne qui fera preuve d’autorité sur ce qu’elle ressent.

Les deux premières étapes consistent donc à en apprendre davantage en posant des questions et en écoutant, et à imaginer ce que l’autre personne peut ressentir. Il ne faut pas non plus présumer que vous savez exactement comment une autre personne peut penser, ressentir ou interpréter le monde qui l’entoure. Une autre astuce, consiste à ne pas être toujours d’accord avec tout ce que dit l’autre personne, en trouvant constamment des exemples lorsque vous êtes confronté aux mêmes défis ou situations. Même si nous nous conduisons effectivement ainsi avec les meilleures intentions, car nous voulons que l’autre personne sache que nous comprenions ce qu’elle vit, il peut en fait être irritant pour elle que nous ayons toujours un exemple qui ramène la discussion à nous.

La clé ici, c’est l’équilibre. Poser des questions, se renseigner, demander aux gens comment ils se sentent, comment ils interprètent une situation, et pourquoi ils pensent et ressentent cela comme ils le font. Vous pouvez également offrir votre soutien et votre compréhension en utilisant des phrases telles que « j’imagine que vous pourriez vous sentir » ou « je suppose que cette situation pourrait vous faire réfléchir ». Notez ici que je n’ai pas utilisé de déclarations précises telles que « ça fait ou ça ne fait pas ressentir ». La raison en est que vous voulez que l’autre personne sache que vous comprenez ce qu’elle ressent, mais vous ne voulez pas qu’elle pense que vous savez exactement quelle est la situation pour elle. Alors, utilisez un langage et des mots explorateurs comme pourrait, peut-être, peut-être. Ne vous attardez pas trop sur le langage exact, mais souvenez-vous de deux principes. Premièrement, posez des questions pour en savoir plus. Deuxièmement, apportez votre soutien et votre compréhension sans présumer que vous avez les réponses ou les connaissances dont l’autre personne a besoin.

Dans l’ensemble, les avantages de l’empathie sont que vous avez une meilleure idée de la façon dont une autre personne pense et se sent, et cela vous donne l’occasion d’établir de meilleures relations. Au final, la plupart des gens veulent être compris et ils veulent établir des liens, que ce soit dans leur vie professionnelle ou personnelle.

Écouter et communiquer

La communication consiste à faire passer votre message aux autres, n’est-ce pas ? En fait, ce n’est que la moitié de l’histoire. Et très sincèrement, si vous ne vous concentrez que sur cela lorsque vous développez vos compétences en communication, il vous manque un truc. Souvent, lorsque nous pensons à communiquer, nous nous demandons comment nous pouvons faire valoir notre point de vue efficacement et comment les autres vont interpréter ce que nous disons.

La communication, cependant, est une voie à double sens qui consiste à fournir des informations aux autres et de recueillir des informations auprès des autres. Examinons la façon dont vous communiquez votre message. Vous pouvez le faire en vous exprimant oralement ou par écrit, mais en réalité, la plupart de ce que nous communiquons est dû à notre langage corporel et à la manière dont nous disons quelque chose, et non à ce que nous disons.

Avez-vous déjà eu une conversation avec une personne qui vous a dit qu’elle allait bien ? Mais le ton de sa voix, ou son langage corporel, montre que ce n’est pas vrai du tout. La façon dont nous communiquons avec notre voix et notre corps en dit beaucoup plus sur le message que nous voulons faire passer que sur les mots exacts que nous utilisons. Pensez-y donc. La plupart de ce que vous communiquez est généralement inconscient. Si vous ne vous concentrez pas sur votre langage corporel, sur le ton de votre voix ou de votre écriture, votre message risque de ne pas passer comme vous le souhaiteriez. Et voici le point important : votre communication inconsciente sera guidée par vos pensées, vos sentiments, vos émotions et votre humeur. C’est l’une des raisons pour lesquelles il est si important de regarder vers l’intérieur avant de considérer la façon dont vous interagissez avec les autres lorsque vous développez votre intelligence émotionnelle.

La clé d’une communication efficace est l’écoute. Oui, vous aurez un point de vue, un message que vous voulez faire passer, mais si vous voulez construire des relations efficaces et solides, vous devez aussi vraiment écouter les messages de l’autre personne, et cela inclut les mots, le ton et le langage corporel. Il est peut être très facile de tomber dans le piège de se concentrer sur son point de vue, surtout si les enjeux sont élevés ou si vous êtes dans un environnement sous pression, mais c’est une occasion manquée. Si vous écoutez et interprétez le message de l’autre personne, vous avez beaucoup plus de chances de trouver un juste milieu avec lequel vous pouvez tous deux travailler, en établissant une relation de collaboration et de respect. Vous avez également plus de chances de trouver des solutions lorsque vous êtes confronté à des défis, et vous pouvez même découvrir une autre façon de voir la situation à laquelle vous n’aviez pas songé, une perspective nouvelle et utile que vous pouvez utiliser à nouveau.

La communication devrait être un mécanisme d’information circulant de manière égale entre deux parties. N’oubliez pas qu’il y a une différence entre entendre ce que quelqu’un dit et ne pas parler. Prenez un peu de temps pour penser à votre style de communication. Écoutez-vous attentivement les autres et écoutez-vous vraiment ce qu’ils disent ? Y a-t-il des moments où vous écoutez plus que les autres ? Si oui, quand et pourquoi ? Et comment pouvez-vous devenir un meilleur auditeur ? Si vous n’êtes pas certain de la qualité de votre communication, la meilleure façon de vous faire une idée est de recueillir les réactions des autres. Demandez l’avis de vos collègues ou amis sur votre capacité d’écoute et sur l’efficacité avec laquelle vous faites passer votre message.

Partagez l'article avec vos amis:

1 réflexion sur “IV. La conscience sociale dans la pratique”

  1. Ping : Développer votre intelligence émotionnelle - Développement De Soi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *